Derniers sujets
» Le tableau d'honneur
par Berny Aujourd'hui à 19:04

» Fribourg & Treyer, Vintage [ straight Virginia ]
par Berny Aujourd'hui à 18:46

» Reportage et articles sur les pipes Ropp
par arôme Aujourd'hui à 17:49

» Novembre 22, V'là ... nos pipes et tabacs
par Alexandre Aujourd'hui à 17:39

» 21 novembre, jour de Mars, quel tabac guerrier choisir et pour quelle pipe ?
par Alexandre Aujourd'hui à 17:24

» Dan Tobacco, Hamborger Veermaster [ straight Virginia ]
par Alexandre Aujourd'hui à 17:19

» Images avec la pipe comme sujet
par Elviphil Aujourd'hui à 14:21

» Parlons des Dunhill...
par Daymonts Aujourd'hui à 14:05

» CHACOM
par papaalino Aujourd'hui à 13:57

» virginia N°444
par papaalino Aujourd'hui à 13:56

» pour nos amis en Belgique
par manchot Aujourd'hui à 13:47

» Titres du jour...
par manchot Aujourd'hui à 13:16

» Arlan ressort des bois
par manchot Aujourd'hui à 13:13

» Images insolites
par boufardo Aujourd'hui à 12:30

» Autres images
par Elviphil Aujourd'hui à 11:22

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 5 Invités

Berny, Le Passeur

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 80 le Jeu 28 Sep 2017 - 15:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Alexandre
 
clod46
 
HOLAF
 
Elviphil
 
boufardo
 
PAT1er
 
papaalino
 
Loic
 
arôme
 
mina77
 

Un petit coup de pouce serait apprécié... Pour le Forum, pour les loteries
Le montant dans la tirelire du forum est de : ....$ 115.00..... Merci!!!!
annonces
.............. ............................. .......

Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par clod46 le Ven 11 Aoû 2017 - 14:52

On a toujours tendance à penser que le Virginia est un tabac facile, qu'il soit associé ou non à une ou plusieurs autres variétés de VA (s'agissant de straight VA ici et non de VA/LA ou autre mélange "Virginia based").

Fumer un ARO ou un mélange VA/LA avec ou sans Orientaux, des VA/ associé à du Bur,Cav., Ken etc., délivre dès la première bouffée des saveurs facilement identifiables et peu à peu d'autres plus subtiles.
En est-il la même chose avec un VA, ou plus simplement un VA est-il si facile que ça à fumer, en découvrir richesse et subtilités ?
Pour y répondre je vous propose quelques réflexions de G.L. Pease, le grand blender, tirées d'un document de mes archives électroniques. Je ne sais plus d'où il vient, et, si je retrouve l'origine, je ne manquerai pas da donner.

 Citation " Un grand Virginia peut procurer une superbe fumée mais, pour la plupart d'entre nous, et en tout cas pour moi, retirer le meilleur de l'expérience ne vient pas toujours facilement, ou tout de suite. Récemment, j'ai lu un message, sur un des forums, d'un gars qui aime de nombreux mélanges, et aime la douceur éprouvée avec les Virginias, mais qui se plaignait de ce que, dans la plupart des cas, cette douceur ne soit délivrée qu'au compte-goutte. Je peux souscrire. Une des raisons pour lesquelles j'ai été un latakiaphile confirmé depuis si longtemps est précisément ce phénomène. Je fumais un bol de Virginia, le savourait pendant un moment mais, avant la fin, je trouvais l'expérience frustrante. Où était parti le goût ? Qu'était-il advenu de toute la douceur promise ?
La douceur d'un tabac a un rapport avec les taux de sucre de la feuille. Ceci peut se faire naturellement, comme dans certains Virginias, et spécialement la feuille claire, ou être ajouté, comme c'est le cas de beaucoup de mélanges de Virginia. Il n'est pas rare de trouver des taux de sucre de 20-25 % dans des feuilles claires, et si les tabacs sont aromatisés, cela peut même aller plus haut. Or, sucre égale douceur, n'est-ce pas ?
En quelque sorte. De nombreux lecteurs le savent déjà, soit par expérience, soit parce qu'ils ont eu la chance d'avoir un mentor qui leur a très tôt montré Le Chemin. J'espère qu'il y aura ici quelque-chose d'intéressant pour ces derniers mais, aujourd'hui, j'écris pour ceux qui n'ont pas été aussi chanceux. Je me suis bagarré pendant des années pour développer une bonne relation avec les Virginias, glanant des infos autour du chemin, mais ne le trouvant jamais vraiment. Si je peux aider un fumeur, débutant ou chevronné, à découvrir le plaisir de ces vénérables Virginias, cet article aura atteint son but.
Apprivoiser la douceur naturelle d'un tabac demande un fumage lent et tranquille, et cela peut parfois prendre un certain temps au fumeur pour apprécier et s'habituer suffisamment à leurs saveurs subtiles pour ralentir le fumage, ce qui est nécessaire pour les savourer à leur optimum. Typiquement, ce qui arrive aux nouveaux fumeurs de Virginias, spécialement à ceux qui sont accoutumés à des mélanges plus rudes, ou à des mélanges très aromatiques, c'est qu'ils reçoivent cette touche de douceur en première partie de bol, et qu'ils tirent alors plus agressivement, avec l'espoir de l'augmenter. Souvent, ce qui se passe alors est le contraire.
Pour la plupart, les mélanges à base de Latakia sont assez faciles à fumer et à savourer, pour autant que vous les aimiez, si vous pardonnez cette digression dans la petitio principii. Les saveurs et arômes sont fort et affirmés. Ces mélanges sont les extravertis de la fête. Ils accueillent le fumeur immédiatement et sans effort, et touchent facilement les sens. Tout le monde ne les aime pas, mais personne ne peut contester leur comportement franc et direct. Les Virginias sont différents. Ils sont subtils, calmes, et très souvent réservés. Ils sont heureux de se lier, mais ne sont pas présomptueux, aussi attendent-ils dans leur coin, patiemment, et ne tendent une main amicale que lorsque vous faites un pas vers eux.
 Lorsqu'on les fume doucement, une petite quantité d'humidité, un sous-produit naturel de la combustion, entraîne la douceur du tabac avec elle. Quelques-unes des molécules plus complexes sont libérées par la chaleur et sont transportées par la fumée elle-même. Le meilleur survient lorsqu'il y a un équilibre entre les deux, aussi est-il essentiel de tirer doucement.
Tirer à petites bouffées, en gardant le tabac juste allumé, est la clé d'un plus grand plaisir. Bien qu'il puisse être tentant de tirer plus fort pour essayer d'intensifier les saveurs, trop souvent, le contraire va survenir et, en même temps qu'une diminution de goût, il y aura plus de chaleur produite, et une fumée plus âpre va en résulter. A la place, ralentissez. Respirez avec la pipe. Laissez votre esprit se concentrer sur ce que votre palais ressent, et alors ces délicates saveurs vont devenir plus perceptibles, plus présentes.
Il y a une raison pour laquelle les Virginias sont souvent considérés comme les tabacs de fumeurs plus expérimentés. Prenez votre temps. Apprenez à ralentir et savourez réellement ce qu'ils ont à offrir, et avec le temps, ces fascinants mélanges vont commencer à se révéler à vous.
.

_________________
Fumeur de pipe depuis 52 ans. Amateur d' "anglais" (VA LA Or/Turk) et de Virginias (straight VA)
Dynamique, positif, ni calculateur ni rancunier
----------------------------
On ne construit pas son avenir sur des déceptions


 Confrère pipier (139ème chapitre)  
avatar
clod46
modérateur
modérateur

Messages : 1833
Date d'inscription : 03/08/2017
Age : 70
Localisation : MC

http://3A2LF.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par HOLAF le Ven 11 Aoû 2017 - 15:12

Je suis totalement d'accord avec toi quand tu expliques que l'on
savoure pleinement un tabac lorsqu'on le fume lentement. Je 
m'étais d'ailleurs fait la réflexion à un moment en me demandant
si pour culotter une bruyère il ne serait pas préférable de le faire 
avec un flake ?? Car j'ai remarqué que bien souvent les flakes 
fumaient lentement sans trop faire chauffer le foyer d'une pipe,
c'est d'ailleurs, je pense ce qui est recommandé aux premiers fumages
qui se font dans une nouvelle pipe. qu'en penses-tu Claude ??
avatar
HOLAF
nouveaux clients

Messages : 2584
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 46
Localisation : à 240 km au nord-est de Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par tabadoc le Ven 11 Aoû 2017 - 15:18

Merci pour ce superbe compte-rendu mon cher Clod, article qui effectivement recoupe la modeste expérience de la plupart d'entre nous.
avatar
tabadoc
nouveaux clients

Messages : 438
Date d'inscription : 03/08/2017
Age : 56
Localisation : sous les vents armoricains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par Ludoc le Ven 11 Aoû 2017 - 15:29

Effectivement, un tabac délicat qui demande de la douceur pour en tirer quelque chose, sans compter sur le palais affiné pour y déceler toutes les variations.
A mon sens pas un tabac à conseiller aux débutants.
avatar
Ludoc
nouveaux clients

Messages : 158
Date d'inscription : 10/08/2017
Age : 26
Localisation : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par tabadoc le Ven 11 Aoû 2017 - 15:38

Tout à fait d'accord
avatar
tabadoc
nouveaux clients

Messages : 438
Date d'inscription : 03/08/2017
Age : 56
Localisation : sous les vents armoricains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par James M le Ven 11 Aoû 2017 - 16:05

Ah les virginias ne sont pas facile pour le moment je n'en garde pas une grande expérience .
Pour cause que mon principale défaut et de fumer trop vite . 
Je constate avec le temps une amélioration merci a vous pour tous les conseils glaner ici et la surtout dans un autre lieu avant .
Pour les flakes ils faux les maitriser et la c'est une autre paire de manche entre le séchage le fait de bourrer ça pipe correctement , dieu seul c'est le nombre de fois ou  colère après c'est maudit flake .
 
Ensuite il faux un palais exercer , de la maitrise du monde de la pipe . Je pense que les virginias sont des tabacs pour fumeur exercer et avertis .
avatar
James M
nouveaux clients

Messages : 134
Date d'inscription : 06/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par clod46 le Ven 11 Aoû 2017 - 16:18

@Ludoc a écrit:A mon sens pas un tabac à conseiller aux débutants.

Je l'ai dit et redit, souvent sans succès, lorsqu'un débutant posait la question de son premier tavac. Je me suis même fait "jeter" pour l'avoir écrit  Laughing Vox clamans in deserto.
mort de rire
@James M a écrit: 
 
Ensuite il faux un palais exercer , de la maitrise du monde de la pipe . Je pense que les virginias sont des tabacs pour fumeur exercer et avertis .

Absolument
 Même après des années, on se "plante" parfois  Rigole

_________________
Fumeur de pipe depuis 52 ans. Amateur d' "anglais" (VA LA Or/Turk) et de Virginias (straight VA)
Dynamique, positif, ni calculateur ni rancunier
----------------------------
On ne construit pas son avenir sur des déceptions


 Confrère pipier (139ème chapitre)  
avatar
clod46
modérateur
modérateur

Messages : 1833
Date d'inscription : 03/08/2017
Age : 70
Localisation : MC

http://3A2LF.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par frere cadfael le Ven 11 Aoû 2017 - 17:02

Il était une fois en terre lointaine près de la Comté un magicien réputé, grand chef de l'ordre auquel appartenait  Gandalf le gris.

Son talent était éclatant, l'herbe de la Comté n'ayant plus aucun secret pour lui.
Des autres herbes d'îles lointaines, Angloisie, Balkanie, Orientie et Latakie il savait tirer le meilleur et sa réputation portait au-delà de la terre du milieu jusqu'aux Havres gris.
Nul autre que lui ne savait parler de ces tabacs et emporter une adhésion sans restriction.

Mais ce Saroumane, à trop tirer sur des Blend hors des limites de l’orthodoxie commençait à passer de l'autre côté du miroir.
Des ennemis  qui surgissaient de partout à ses yeux enfumés, de méchantes personnes qui venaient le hanter sous des traits d'orques malfaisants quand ce n'était que de pauvres Hobbits sans méchanceté...
Sa vision pervertie du monde le conduisit très vite à des comportements déplaisants et à des colères disproportionnées...

Une croisade furieusement inutile alimentée par son courroux maladif commença alors contre tous les moulins à vent de la Comté... Don Saroumane Quichotte s'était mit en branle...

Heureusement pour tous, des crises de lucidité jointes à de merveilleuses rémissions lui permettaient parfois de dispenser ses profondes connaissances  à de pauvres incultes admiratifs.
C'est ainsi qu'un  moine limité à l'esprit benêt eut droit un jour à un conseil exceptionnellement dépourvu de fiel .
Une révélation magistrale délivrée par le Mage atrabilaire et ce, à la faveur d'une crise de modestie:
"Mon très cher frère, positivons : tu sors des aros" lui sussura-t-il dans un élan courtois d'empathie provoquée par la conversion récente du monial à une nouvelle catégorie de tabac.

"Non seulement tu risques de verser dans les Latakiés - mais aussi  dans le monde subtil et merveilleux des Virginias purs (ex : si ce n'est déjà fait, essaye le Dunhill Flake, vendu en France; je pense qu'il devait te réjouir)."


Émerveillé par cette révélation, notre Cadfael se rua sur des centaines de boites de ce Virginia magique, mais l'impétuosité du novice devait le conduire à de grossières erreurs.

Un tirage trop gourmand pour absorber plus de nectar additionné à un manque cruel de palais le dégoûtèrent dans un premier temps.

Mais l'aura puissante de celui qui était le plus grand de son ordre, car il avait grande allure et un maintien noble, lui interdisait de renoncer car quand un dieu montre la lumière, ce serait folie de se détourner.

Aussi, après avoir fait fondre ses meilleures bruyères, son impatience se calma au point de téter désormais avec douceur sa bakélite.
Des sensations délicieuses, des harmonies subtiles lui parvinrent enfin au palais.
"Délicieux" était le maitre mot qui désormais guidait son appétit.

C'est tout imprégné de cette règle qu'il rentra au couvent pour fumer et fumer encore tout ce pain d'épices vers lequel il avait été conduit.

Voilà mes compagnons, ma contribution à ce fil, l'histoire d'une conversion à tiroirs que seules des années de pratique sauront confirmer:

"Téter peu pour téter mieux"
que la lumière vous soit transmise  et puissions-nous communier ensemble par ces saintes bouffardes ...
drunken  drunken   drunken


Dernière édition par frere cadfael le Sam 12 Aoû 2017 - 5:15, édité 2 fois
avatar
frere cadfael
nouveaux clients

Messages : 248
Date d'inscription : 03/08/2017
Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par Ma beutche le Ven 11 Aoû 2017 - 17:10

Superbe diatribe vouée au Virginia ! merci cher Frère ! 
En résumé tétons, mais tétons bien, le plaisir n'en sera que plus intense ! et lentement ! et de manière plus pragmatique, n'hésitons pas à essayer un VA dans plusieurs bruyères car il est parfois facétieux  Very Happy Wink

Et je rajoute un tout grand merci au grand connaisseur qu'est Clods46 pour cette magnifique revue sur ce sujet (que je n'avais pas lu depuis le début !)
avatar
Ma beutche
nouveaux clients

Messages : 121
Date d'inscription : 05/08/2017
Age : 63
Localisation : Suisse Romande

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par Alexandre le Ven 11 Aoû 2017 - 19:07

Très bien résumé Cher Claude, les Virginia ne sont pas fait pour les "sauvages", il y a tant de subtilités à en tirer...

Et quand tu arrive à chopper cette quintessence, c'est le paradise.. je plussoie ! Very Happy


Dernière édition par Alexandre le Sam 12 Aoû 2017 - 5:34, édité 1 fois
avatar
Alexandre
nouveaux clients

Messages : 1493
Date d'inscription : 06/08/2017
Age : 54
Localisation : Vienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Virginia, un tabac pas si facile que ça...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum